•  

    Ma chambre

     

     

    Ce que je voudrais moi, c’est une chambre voyageuse ! 

    Une chambre roulotte, tirée par un cheval, 

    Une chambre péniche, glissant  sur un canal, 

    Une chambre nacelle 

    Suspendue dans le ciel, 

    Peut-être cerf-volant 

    Quand il y a du vent. 

    Une chambre nomade, yourte, tipi, wigwam ou chapiteau, 

    Pour suivre, sans me hâter, le chemin des oiseaux ! 

    Une chambre trois mâts, « hardi les gars, vire au guindeau » ! 

    Pour chanter à tue-tête jusqu’à Valparaiso ! 

    Une chambre fusée, express ou paquebot, 

    Car de ma chambre à moi, je vois deux grands cyprès, 

    Perdus dans les nuées, 

    Tendus comme deux voiles, 

    Cherchant vers le couchant 

    Le chemin des étoiles. 

     

     

    Ma chambre

      

     

      


    29 commentaires
  •  

    Je viens de terminer une nouvelle icône réalisée dans l'atelier de Michaël Gresny que je vous encourage vivement à aller visiter ainsi que son blog.

     

    Saint François prêchant aux oiseaux

     

    Les icônes sont peintes sur une planche avec de la tempera ( pigment en poudre + un médium à l’œuf) . Une des grandes spécialités de Micha est de  peindre des icônes avec des pigments naturels qu'il va collecter dans la région.

     

    Saint François prêchant aux oiseaux

     

    Je ne suis pas très contente de la pose de la feuille d'or. Cela nécessite  l'enchaînement d'un très grand nombre de gestes rapides et précis, deux qualités que je n'ai hélas plus, si bien que le brunissage à la dent de loup laisse par endroit beaucoup de rayures. Un bon doreur a besoin paraît-il de 5 ans d'apprentissage quotidien!

     

    Saint François prêchant aux oiseaux

    Un petit clic sur les images (ou pas!)

     


    29 commentaires
  •  

     

     

    Juin s’était perché  sur le bord d’un grand pré. Il faisait comme une île, embrassé de la chaude saveur des bleus genévriers. En son centre dressé, un chêne offrait ses  branches. La rivière bruissait, répondant quelque part au feuillage des frênes agités de vents doux.

    Il y avait partout comme un abattement tranquille alors que tout vibrait, foisonnait, débordait, fleurissait, se répandait par vagues traversées de lumière.

     

    Plus haut je percevais dans le jaune d’un champ, les lignes apaisantes des longs andains de foins que l’on vient de faucher. Plus haut encore, dans le roulis cendré d’un gros nuage sombre, je vis courir des ombres à la tête des blés.

     

     

    Et puis, j’ai entendu l’oiseau, dans l’arbre aux mille branches. Son chant cabriolant s’amusait à me perdre dans ce réseau dansant.

    C’était comme un soleil qui battait à mes tempes, un désir de douceur, de calme, de bonté, mille mains de l’azur pour un nouveau voyage, une paisible traversée.

     

     

     


    23 commentaires
  • Envie de bleu et de tendresse en cette période étrange, je suis allée me promener chez Chagall et j'y ai découvert ces  deux pigeons qui s'aimaient d'amour tendre. J'ignorais que Chagall avait illustré les fables de La Fontaine.

     

    les deux pigeons

     

    Je m'en suis inspirée  pour en faire autre chose

     

    les deux pigeons

    (Un petit clic sur l'image pour voir les détails )

     

    les deux pigeons

     

    les deux pigeons


    22 commentaires
  •  

     

    Au loin,

    Par-delà  le rouge  des toitures

    Et le flot tranquille des tendres peupliers,

    Je vais,

    Saisissant au vol

    Dans le vert des collines,

    L’éclat doré d’un champ

    De colza nouveau né.

     

    Soudain,  une hirondelle,

    Dans le ciel vaste et plein

    Et mon cœur  est saisi

    D’une  ardeur vagabonde.

     

    Un autre monde est là,

    Une terre féconde,

    Qui vit sans moi

    Son éternelle ronde.

     

     


    16 commentaires