• Juste avant la fermeture de la médiathèque j'ai emprunté un peu au hasard les quelques livres qui restaient sur la table des nouveautés dont un livre d' atelier poétique avec des exercices amusants qui changent un peu des sempiternels acrostiches. Je voulais partager avec vous un premier exercice:

    "Prenez une feuille blanche sur laquelle vous laisserez votre main gribouiller librement avec de temps en temps quelques mots qui surgissent sans contrainte. Puis écrivez un poème avec quelques uns de ces mots"

     

    Gribouillipoème

     Et voilà ce que ça a donné:

     

    Même si

    le cœur des fleurs

    s'oublie

    dans les yeux des fenêtres

    les sentes des forêts

    sont toujours les gardiennes

    de la saveur des feuilles

     

    Gribouillipoème

    A vous de jouer si le cœur vous en dit

     


    22 commentaires
  •  

    Mon mari a trouvé sur sa plateforme photo la proposition suivante: " Pourquoi ne pas mettre en ligne quelques photos des activités qui vous occupent en ces temps difficiles?

    J'ai trouvé que c'était une très bonne idée mais c'est moi qu'il a choisi de mettre en scène pour cette première image. Je ne suis pourtant pas très fière de ma performance. Comme je suis en manque de toile, je suis allée au grenier pour récupérer une vieille croûte à laquelle je tente de donner un nouveau look. Rien de bien extraordinaire mais je tenais à vous faire part de cette idée car c'est aussi une belle façon de communiquer. Alors voilà, je vous montre le départ de mon "chef-d’œuvre". Si je parviens à le terminer je vous le montrerai bien sûr.

     

    Confinement 1


    Et vous à quoi êtes-vous occupés ?

     


    12 commentaires
  •  

    Paroi

     

    Je voudrais peindre un mur,

    Non pas un mur de briques,

    Mais un mur de soleil,

    Avec dedans sa peau

    Un coulis d’ocre jaune,

    Des rayons de silence

    Où glisseraient des ombres,

    D’invisibles fissures

    Lustrées de sèves anciennes.

     

    J’y laisserais ma trace,

    Tatouage fossile

    Sous les replis rugueux

    D’un chaulage léger

    Et puis je migrerai

    Vers un nouvel espace

    Terres d’ombres brûlées

    Striées de veines bleues.

     

    Paroi

     

    * Basilique Saint Julien de Brioude


    23 commentaires
  •  

    Toute la pluie des jours à la fin de l’année,

    La vie tressaille encore à  ses flancs épuisés.

    Un petit vent amer vient agiter parfois,

    Des rêves chiffonnés sur quelque plage ancienne.

    Et le ciel abreuvé de ces vaines chimères,

    S’enfuit,  tout égaré, dans sa robe en broussaille.

     

    Et puis soudain, la cabriole !

    Une autre année pointe son nez,

    D’autres jours bien serrés tout prêts à défiler

    Qui se tiennent rangés sur mon calendrier !

    Tant de soleils  et tant de lunes

    Et tant de cases  à colorier !

     

    Bonne année

     

     

    Bonne année à toutes et à tous

    Bonne route sur ce nouveau chemin

    Que la musique des anges

    Accompagne vos pas

     Que ce temps de renouveau

    Vous prépare 2020 lueurs de joie

    Et dites-vous que rien n’est tout à fait perdu

    Si vous êtes capables encore

    De pleurer devant la beauté des choses.

     

     

    Bonne année

     


    17 commentaires
  • Sur mon chemin j’ai rencontré

    La fille du coupeur de paille

    Sur mon chemin, j’ai rencontré

    La fille du coupeur de blé…

     

    La fille du coupeur de paille

     

    Avec un chalumeau, elle écrivait au ciel

    Le flot tranquille des nuages.

    Elle dessinait la terre,

    La  portée des sillons

    D’où jaillira bientôt

    Le chant joyeux des herbes folles,

    Le désir impatient du blé neuf

    Au début des semailles.

     

    Oui, oui j’ai rencontré

    La fille du coupeur de paille

    Oui, oui, j’ai rencontré

    La fille du coupeur de blé…

     

    La fille du coupeur de paille

     

    L’automne s’est posé

    Sur la tête étoilée

    Des tournesols pensifs

    Et moi je vais marchant

    M’essayant à saisir une poignée de mots

    Qui me diraient enfin 

    Où glissent mes années

    Dans le roulis des feuilles mortes

    Dans le vent buissonnier

    Qui bouscule en riant

    La cime ébouriffée

    Des gentils peupliers

    Dans les airs oubliés

    Des rondes vagabondes.

     

    Oui, oui, j’ai rencontré

    La fille du coupeur de paille…..

     

    La fille du coupeur de paille

    un petit clic sur les photos svp

     


    24 commentaires