• En écho à Gazou qui nous raconte depuis quelques temps avec bonheur son séjour dans le Cantal, j'ai eu envie de vous montrer le petit tableau réalisé à la tempera sur bois que j'ai terminé il y a quelques temps déjà et qui représente un paysage du Cantal à l'automne avec quelques vaches de Salers.

     

     

    Tempera

     un petit clic sur l'image pour voir en grand

     

    Pour celles ou ceux qui ont le temps de lire, j'ai essayé d'expliquer au mieux en quoi consiste cette technique.

    Pour faire simple :

    On utilise un pigment en poudre que l’on mélange à un médium pour en faire une pâte que l’on dépose sur sa palette. On utilise ensuite cette pâte avec de l’eau comme si c’était de la gouache. On peut, comme avec l’huile, composer ses mélanges sur sa palette (généralement un carreau de faïence blanc).

     

    Tempera

    Photo Mickaël Greshny

     

    Le médium est de fabrication artisanale et les recettes varient suivant les peintres. Il y a obligatoirement de l’œuf (soit entier soit seulement le jaune). Nous y ajoutons de l’huile de lin cuite au soleil, un peu de vernis mastic en térébenthine et du Dammar.

    Contrairement aux autres peintures, on ne peut pas la stocker car elle ne se conserve pas. Il faut donc la fabriquer en très petites quantités.


    C’est par contre  la technique la plus solide car une fois sèche elle ne se dissout ni à l’eau, ni à la térébenthine, ni à l’alcool. Par contre elle sèche très vite ce qui rend compliqué la réalisation des fondus et des dégradés par exemple.

    C’est une technique très ancienne qui existe depuis l’antiquité et utilisée aussi par les peintres de la Renaissance jusqu’à la découverte de la peinture à l’huile.

    C’est la technique traditionnelle des icônes, des enluminures,  des tableaux peints sur des panneaux de bois recouverts d’un enduit (craie/colle de peau), bien que la toile fasse aussi très bien l’affaire de nos jours. Il faut juste que la surface soit assez absorbante. En séchant les couleurs se matifient et ternissent, mais l’application du vernis va leur redonner tout leur éclat. C’est une étape indispensable.

    On peut également utiliser un autre médium à base de cire d’abeille. La technique est alors appelée « cerra colla »

     La tempera a été délaissée par les peintres depuis la découverte de la peinture à l’huile mais certains peintres américains comme Andrew Wyeth l’ont réutilisée avec bonheur.

     

     


    14 commentaires
  •  

    Un deux trois soleil

     

    Un deux trois : Soleil !

    Toujours sur mon chemin

    D’ombre en ombre

    S’envolent

    Comme des bulles folles

    Les empreintes captives

    De tous mes vieux chagrins.

     

    Je joue à la marelle

    De la terre amoureuse

    Qui s’attache à mes pas

    Jusqu’au ciel pèlerin

    Qui me guide sans fin.

     

    Un deux trois soleil

     

    À cloche-pied

    À croche-cœur

    Le nez dans les nuages

    Passante sans bagages

    Je cherche un mot de passe

    Qui me dira la trace

    La piste, le passage

    La brèche, le sillage

    La trouée, la percée

    La voie étroite

    De ce jour qui m’emplit

    D’avènements secrets

     

    Un deux trois soleil

     

     


    19 commentaires
  •  

    Un long silence mauve

    D’où fusent les genêts,

    Deux brassées de bruyères

    Pour guider le chemin

    Et puis quelques fougères

    Bondissantes, légères.

    La sente monte dru

    Dans son lit de rocailles,

    Du schiste qui serpente

    Comme un jet de lumière.

     

     

    La roche sonne clair

    Au pas lourd du marcheur

    Et tout là haut le ciel,

    Vibrant comme un appel,

    Qui pénètre son cœur,

    Amplifié tout à coup

    D’une source  nouvelle.

     

     

    Peu importe quels arbres

     Par delà les pins sombres,

    Peu importe  quels vents

    De verdure et de paille,

    Il n’y a que ce bleu

    Qui le hisse au soleil

    Et l’horizon  qui fuit

    Par delà les collines,

    Promesse de moissons

    À cueillir chaque jour

    Comme on cueille une offrande.

     

     

     


    31 commentaires
  • Je vous ai déjà parlé de ce peintre ici

    Après l'église de Nages dans le Tarn,

    Mickaël Greshny

     

    celle de Villefranche d'Albi pour laquelle il a réalisé de nombreuses fresques et un chemin de croix, http://atelier-greschny.over-blog.com/2016/04/resurrection-les-myrophores.html

    l'église chaldéenne Saint Thomas de Sarcelle dont il a décoré la coupole,

    http://atelier-greschny.over-blog.com/archive/2015-06/

    le voilà qui se lance dans la réalisation de panneaux pour une église de l'Hérault dont vous pouvez suivre les différentes étapes sur son blog.

    http://atelier-greschny.over-blog.com/archive/2016-10/

    Je vous engage vivement à vous promener sur son blog, vous y  découvrirez de nombreuses réalisations de ses élèves: travaux à la pointe d'argent, sgraffitto sur  feuille d'or, techniques anciennes de travail à la tempera sur planche, enluminures sur parchemin, travaux à base de pigments naturels récoltés dans la région....

    Plus modestement, je vous présente mes derniers travaux réalisés dans son atelier. Micha est un maître extrêmement talentueux et surtout très patient. J'aime beaucoup cet espace hors du temps et loin des difficultés du quotidien.

     

    Une vierge de tendresse, icône sur bois (travail à la feuille d'or, pas facile, un bon doreur a derrière lui 5 ans d'apprentissage,   et à la tempera)

     

    Mickaël Greshny

     

    et deux enluminures sur papier (toujours à la tempera), deux représentations de David, l'une quand il était berger et l'autre quand il était roi. D'ordinaire, les enluminures se font sur parchemin, le travail du pinceau en est grandement facilité, mais pour des raisons personnelles , j'ai préféré travailler sur du papier, ce qui est un peu plus compliqué.

     

    Mickaël Greshny

     

     

    Mickaël Greshny

     

     


    42 commentaires
  •  

    Goutte après goutte...

     

    Goutte après goutte

    Sans  para-gouttes

    La troupe se disperse

    Mais  d’averse en averse

    Même sans pare-averses

    Un courant la traverse

    Une pensée commune

    Un élan

    Ou un même désir

    Un même lâcher prise

    La même plénitude

    Nécessaire

    Nourricière

    Pour se laisser mener

    Avec amour

    Avec confiance

    Par le fil conducteur

    Du chemin

     


    24 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires