• Nicolas Greschny

     

    Héritier d'une lignée ininterrompue de fresquistes et peintres d'icônes longue de plus de 8 siècles, Nicolas Greschny a réintroduit en France l'usage quasiment abandonné de la fresque « al fresco ». Il a réalisé 107 œuvres (soit une surface peinte de 10 000m2) dont 75 en Midi-Pyrénées. Doué d'une virtuosité exceptionnelle, il dessine et peint directement au mur ou au plafond, dans le plus grand respect des canons de la « liturgie » iconographique. 

    Il est né en 1912 en Estonie à Tallin, décédé en 1985  à la Maurinié dans le Tarn où il repose en sa chapelle et sa vie est digne d’un roman. 

    Jugez donc du parcours hors normes de cet homme hors du commun.

    Sa vie est racontée en détail sur le blog qui lui est dédié. Vous pourrez aussi y voir si une chapelle, une église près de chez vous, n’a pas bénéficié de l’une de ses fresques.

     

    Conférence sur Greschny

    Il se représente parfois sur ses fresques,   toujours en short  , seules les chaussures changent en fonction des saisons.

    Sa femme lorsqu’elle l’aperçoit pour la première fois à Albi dans un magasin d'objets religieux se dit : « Qu'est ce que c'est que cet oiseau. Il portait une cape, un short et des bottes »

     

    Chapelle du St Voile

     

     

    IMG_8745 - Eglise Notre Dame Fresques Nicolas Greschny
     
     

    Et que dire de la façon dont il a trouvé l’argent pour acquérir en 1949 le tas de ruines dont il a fait son paradis. C’est sa femme Marie-Thérèse qui raconte :

     « Il fallait trouver 40 000 francs. Le notaire accepte en garantie son fonds d'ouvrages d'art et de livres anciens. Mais, Nicolaï n'a toujours pas l'argent. Cafardeux, il enfourche son vélo, se rend à la Maurinié. Dans le corps de bâtiment qui deviendra la chapelle où il repose, Nicolas dégage une plaque en terre cuite qui se détache, tombe et se brise en morceaux. Elle cachait un trésor: un pot contenant des louis d'or. Exactement le montant de la somme empruntée ».

    Il aime croquer les gens du village dans lequel il travaille et les intègre aux scènes de l'ancien et du nouveau testament avec beaucoup d'humour.

     

    Nicolas Greschny

    Les noces de Cana

     

    Nicolas Greschny

    La fuite en Égypte

     

    Nicolas Greschny

    Je pense que c'est Marie et Joseph qui cherchent une auberge

     

    Nicolas Greschny

     

    Chaque église est un formidable livre d'images dans lequel on pourrait passer des heures.

     Prenez la peine de vous promener sur les murs de l’église de Châtel-Guyon peinte en 1956. C’est la première église qu’on lui propose de peindre dans sa totalité soit 900 m2 peints en 60 jours.

    J’aime tout particulièrement ce squelette qui garde encore des tripes en parfaite santé, preuve que les eaux de Châtel-Guyon sont efficaces.

    Les quatre cavaliers de l'Apocalypse

     

    Et pour conclure, si vous le voulez bien, cette vidéo dans laquelle son fils Michaël qui poursuit dignement la lignée vous fait visiter la chapelle de La Maurinié. Ne soyez pas effrayés par les quelques secondes vieillottes du début, très vite Michaël vous parle du travail de son père et du sien.

     

     

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 7 Février 2014 à 23:43

    c'est magnifique

    2
    Vendredi 7 Février 2014 à 23:49

    ben dis donc flipperine, tu es une rapide!

    bises

    3
    Samedi 8 Février 2014 à 06:36

    Je suis très sensible à son art , j'ai tout récement lu un merveilleux ouvrage le concernant... Son oeuvre va bien au delà de la peinture.J'ai vu quelques fresques en Aveyron...


    Merci Azalaïs superbe article


    Très bon week end


    Bises

    4
    Samedi 8 Février 2014 à 08:35

    c'est vrai Jackie, l'argent et la notoriété ne l'intéressait pas,c'est sans doute pour cela qu'il est resté méconnu

    bises et bonne journée

    5
    Samedi 8 Février 2014 à 08:58

    C'est vraiment étonnant et magnifique !

    Une telle rapidité dans l'exécution alors que ses personnages semblent faits avec minutie !

    Merci de la découverte

    6
    Samedi 8 Février 2014 à 09:11

    c'est splendide, je dirai presque divin !

    7
    Samedi 8 Février 2014 à 09:22

    Je trouve tout cela digne d'un conte de fées... mais c'est out à fait splendide et, comme je ne le connaissais pas, je te remercie pour cette découverte.

    Passe une douce journée Azalaïs. Bises.

    8
    Samedi 8 Février 2014 à 13:40

    c'est splendide !
    ces images sont de toute beauté
    et ton texte est passionnant !
    La vidéo permet de suivre un artiste dans son travail
    j'aime beaucoup !
    merci de ta participation  qui est en même temps, pour moi une découverte
    bon week-end
    bises amicales

    9
    Samedi 8 Février 2014 à 22:16
    erato:

    J'ai vu ses œuvres dans l'église de Châtel Guyon , elles sont remarquables et je me suis documentée ensuite sur son parcours artistique.

    Les peintures et la vidéo sont remarquables.

    Merci pour ce superbe partage.

    Belle soirée, bises Azalaïs

    10
    Lundi 10 Février 2014 à 10:03
    rouergat

    Bonjour Azalais


    Je ne connaissais pas Nicolas Greschny et ses superbes fresques, mois aussi j’ai un faible pour « les quatre cavaliers de l’apocalypse »


     


    Bonne semaine

    11
    Lundi 10 Février 2014 à 11:40

    merci Rouergat il y a peut-être pas loin de chez toi une église peinte par lui, il a beaucoup peint en Aveyron aussi

    bonne journée

    12
    Lundi 10 Février 2014 à 20:26

    C'est vraiment superbe ! Et ça donne envie d'aller faire un tour dans cette très belle chapelle. C'est émouvant de voir le fils poursuivre l'oeuvre de son père avec un style presque identique. Les fresque sont belles, simples, un peu naïves, très parlantes.

    Merci beaucoup pour cette visite virtuelle et cette découverte !

    13
    Mardi 11 Février 2014 à 11:49

    merci Amande Douce, son tour de force a été d'adapter ses fresques à chaque église, la lumière et la couleur à la couleur du pays, gris bleu dans le Sidobre qui est granitique, rouge dans l'Hérault à cause de la latérite, brun dans le carmausin, pays minier. Il n'hésite pas non plus à intégrer les habitants du pays dans ses fresques, leurs activités et même leur langue comme sur ma première image où il y a une citation en occitan

    14
    Mercredi 12 Février 2014 à 09:58
    Claudine/canelle

    Merci ..j'ai vraiment adoré toutes tes explications qui m'ont permis de mieux comprendre le parcours de ce Grand peintre !!

    En plus j'aime beaucoup ce style de peinture ..donc que du plaisir 

    Et bravo à son fils qui continue dans la lignée !

    Bises et bonne journée

    15
    Mercredi 12 Février 2014 à 11:26

    Bonjour Azalaïs,

    C'est tout simplement magnifique et bouleversant.

    J'adore l'art chrétien, et suis très heureuse, que des artistes contemporains, reprennent les fresque dans nos églises.

    Michel Ange, n'est pas mort!

    Merci pour ce beau spectacle, voir le peintre sur son échafaudage, peindre ces splendides icônes, c'est merveilleux, merci.

    Livia

    16
    Mercredi 12 Février 2014 à 16:05

    En fait cet artiste travaille comme le faisaient autrefois les grands peintres de fresques qui intégraient dans leurs œuvres les gens de leur époques, leurs métiers, leurs coutumes. C'est touchant. 

    17
    Mercredi 12 Février 2014 à 19:27

    tout à fait,

    je ne sais pas si tu as lu "le Judas de Léonard" de Perutz, ce roman dans lequel il raconte pourquoi Léonard ne terminait pas sa cène du couvent de Milan: en fait il cherchait qui allait lui servir de modèle pour être son Judas!

    18
    Samedi 15 Février 2014 à 19:10

    j'aime ses représentations et surtout ses couleurs,une belle découverte chez toi encore.....et l'homme...quelle personnalité!!!!!!

    19
    Samedi 15 Février 2014 à 20:27

    merci mamazerty, si j'ai bien compris tu n'as pas de blog

    20
    marsi
    Dimanche 25 Mai 2014 à 12:09

    c'est vrai qu'avec Nicolas Greschny on redécouve la tradition des artistes de l'art sacré d'autrefois qui vous font redécouvrir les textes bibliques. merci de la remarque sur le squelette de Chatel-Guyon.

     

     

    21
    Azalaïs
    Dimanche 25 Mai 2014 à 13:25

    merci de ta visite marsi


    Depuis que j'ai fait cet article, j'ai rencontré Micha, le fils de Nicolaï qui continue la tradition et je prends avec lui des cours d'icônes. Je viens de terminer avec son aide ma première icône et comme c'est un véritable puits de sciences, je découvre ou redécouvre avec lui la grande histoire de la bible.


     

    22
    Mardi 23 Février 2016 à 06:56

    Bonjour Azalaïs,

    Quelle découverte! Je n'avais jamais entendu parler de cet artiste! Et de plus, c'est une véritable lignée. Je suis très admirative de tous ces talents.

    une vidéo très très intéressante

    Tu continues à peindre des icones?

    merci pour ce partage

    bizzzzzz

    smile

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    23
    Mardi 23 Février 2016 à 08:00

    Bonjour Martine

    Oui je peins toujours des icônes, des enluminures aussi et des paysages sur bois à la tempera avec le fils de Nicolaï, ce sont des moments de grand ressourcement pour moi, presque de la méditation qui me fait oublier mes soucis quotidiens

    Je pense que Nicolaï a peint quelques église dans l'Hérault

    • Fresques de l'église Saint-Amans de Cazedarnes, dans l'Hérault
    • Fresques de l'église Saint-Étienne de Pailhès, Hérault
    • Fresques de l'église Saint-Léonce de Corneilhan (Hérault)

    Merci de ta visite, en ce moment je déserte les blogs, je n'ai plus trop le temps ni l'envie

    bonne journée

    24
    Mardi 23 Février 2016 à 08:22

    je comprends. Moi même je suis très prise également par deux expositions à préparer, mon troisième recueil... et la vie ..

    merci de m'avoir répondu

    Bon retour parmi les couleurs chatoyantes de cet art magnifique et cette ambiance zen

    A bientôt sur tes belles pages que je n'ai pas toutes parcourues

    smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :