• Le Noël du rouge-gorge

     Le Noël du rouge-gorge

     

    en Occitan

    Lo Nadal del Barbarós

    Je n’arrive pas à savoir de qui est ce conte, peut-être de Louisa Paulin. Je l’ai traduit et aménagé un peu pour vous.

    C’était la veille de Noël. Du côté de Villefranche, un frêle rouge-gorge s’était égaré dans les sillons abrupts d’une terre fraîchement retournée, accrochée à la croupe d’un coteau. Il sautillait frileux, ses plumes ébouriffées, aussi léger qu’une brindille, essayant vainement de trouver un petit ver distrait, quelques grains oubliés par les derniers glaneurs. 


               Tout à coup, la bise se leva, une bise glaciale qui feula comme un chat ! Elle emporta l’oiseau dans un amas confus de poussières et de feuilles et alla le poser sur un poirier tout nu. Il était à peine remis de sa frayeur qu’une rafale sournoise l’emporta dans un hêtre. Là, sur une de ses branches, demeuraient quelques feuilles. Mais quand il voulut s’en approcher pour se parer du froid, l’arbre grogna : « Ne reste pas ici l’oiseau, je n’ai que cette branche qui porte encore des feuilles, tu pourrais la gâter ! »
     

     
                Ce rouge-gorge là n’était pas querelleur. Triste et las, il ouvrit avec grâce ses ailes minuscules et la bise méchante le reprit dans son errance confuse pour le jeter avec rancœur dans un vieux chêne chevelu où il pensait se reposer un peu ! Mais le chêne grogna dans son parler revêche : « Tu n’es pas d’ici, l’oiseau ! Nous ne t’avons jamais vu ! Nous ne te connaissons pas et nous n’aimons pas les étrangers ! Nous ne voulons pas de toi ! Va-t-en ! »
     

                   
                Une fois de plus, le rouge-gorge prit sa volée. Le vent le chiffonnait, lui arrachait les plumes, le ballottait, le retournait dessus-dessous, tête par dessus queue, le malmenait, toujours plus fort, toujours plus haut et l’enleva jusqu’ à la motte de Montfranc où un sapin stoppa sa course. L’oisillon s’empressa de s’arrimer à un rameau malgré ses pattes grêles, reprit son souffle, remit de l’ordre dans le désordre de son pauvre petit cœur et murmura :
     

    « S’il te plaît, arbre grand, me laisserais-tu me cacher un instant sur une de tes branches ? Le vent m’a malmené ! Je suis si fatigué, j’ai tellement froid, tellement faim aussi ! » 

    « Mais avec plaisir mon joli ! Regarde, la place ne manque pas ! Mes branches s’étalent loin et ma cime monte presque jusqu’au ciel. De plus, je reste toujours vert ! Mais j’y pense, en bas, à la fourche de la grosse branche, tu trouveras un nid abandonné. C’est la mésange qui l’a construit au printemps pour y élever sa petite famille. Maintenant, ils sont tous partis et ils ne reviendront pas d’ici la fin de l’hiver. Va t’y installer, tu y auras chaud ! 

    « Je te remercie beaucoup, arbre grand ! »

                Le lendemain matin, quand le rouge-gorge ouvrit ses yeux en bouton de bottines, tout était blanc : les champs, les arbres et même le sapin ! Il avait neigé ! Il descendit à terre et s’aperçut que les branches de l’arbre avaient protégé le sol sur une surface ronde et plane. Il trouva là de quoi se rassasier : des baies, du blé noir que le vent avait porté, quelques vers qui avaient oublié de se mettre à l’abri. Il piqua tant et tant sur ce petit bout de terre que bientôt sa gorge ressembla à une agate rouge !


                Il leva la tête, vit tout en haut une branche sans neige inondée de soleil. D’un coup d’aile, il alla s’y percher et se mit à chanter à tue-tête. Un étourneau passa. Les étourneaux ne sont pas des plus dégourdis ! Celui-ci dit au rouge-gorge :


                « Serais-tu devenu fou à chanter de la sorte ? Nous ne sommes pas au printemps, mais à Noël ! Il neige, ne vois-tu pas ? Il fait froid ! Tu n’es qu’un sot petit oiseau ! »

    « Mais non, mais non, gros étourneau ! Si tu savais comme j’étais malheureux hier ! Aujourd’hui, j’ai dormi bien à l’abri, j’ai  mangé à ma faim, il fait soleil ! Je suis heureux d’être un petit oiseau et je chante Noël, Noël, Noël ! 


               
                On raconte que ce rouge-gorge  fut la première décoration du sapin de Noël ! Pensez à lui lorsque vous y accrocherez une petite boule rouge !
     



              Pensez aussi à lui offrir quelques graines, un peu de graisse pendant l’hiver car comme le dit François Coppée dans La mort des oiseaux : « Oh ! Comme les oiseaux doivent mourir l’hiver ! »
     

    Je vous souhaite à toutes et à tous un très joyeux Noël.

    J'ai bien sûr une pensée émue pour tous ceux qui sont dans la peine et en particulier pour Jill Bill

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Décembre 2013 à 22:00

    Bonsoir Azalaïs, en ce moment ils mangent ce qu'ils trouvent, et un peu d'aide au jardin est bienvenue, ce que nous faisons... Merci pour Matti, bises de jill

    2
    Samedi 21 Décembre 2013 à 22:32
    erato:

    Un conte magnifique , de tolérance, de partage , de joie dans un moment de tourmente profonde. L'espoir est là , la magie de Noël .Je suis un peu émus, le rouge gorge est mon oiseau fétiche, j'en ai toujours dans le jardin et ils viennent près de moi.

    Douce soirée, bises Azalaïs

    3
    Samedi 21 Décembre 2013 à 22:42

    bonsoir, mon Aza
    comme il est beau ce conte !
    et tellement émouvant...
    je pense aussi à ceux qui sont dans la peine,
    ceux pour qui ces jours ne seront pas vraiment des fêtes...
    bon weekend
    gros bisous d'amitié
    jean-marie

    4
    mpolly
    Samedi 21 Décembre 2013 à 23:03
    mpolly

    Il est temps que 2013 se termine... je n'ai connu autour de moi que grosses peines et fort chagrins.

    Mais, c'est vrai qu'il y eut aussi naissance et union.

    J'ai beau me dire que l'an prochain sera moins rude... je sais bien que l'année ira aussi cahin-caha.

    Pour l'instant, ce rouge-gorge a trouvé refuge, il ressemble à ce celui, peu dégourdi, qui hante le buis et attend que les mésanges fassent tomber les graines de la petite maison. Quand enfin, il est seul et rassuré, il vient manger et son jabot rougeoie.

    mon chat est bien rangé derrière le carreau, foi de Polly.

     

    Et tout en évoquant la vie, je pense à la peine de Jill et des siens. Un si petit...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Samedi 21 Décembre 2013 à 23:48

    quel joli conte même les arbres ne sont pas accueillants ils sont comme les gens le sapin lui est bon

    6
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 06:26
    Jackie

    Emouvant et beau ce conte Azalaïs...

    Merci

    7
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 09:14

    Un très beau conte, que l'on peut bien sûr (comme la plupart) appliquer aux hommes ...

    8
    gazou
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 09:43

    quel joli conte de Noël ! Merci Aza!

    9
    Lundi 23 Décembre 2013 à 10:02

    Merci pour ce beau conte.

     

    Que la joie brille

    dans les yeux plein de tendresse

    que Noël soit jour de fête

    que les cours y puise la douceur et la paix

    que les familles soient signe d'unité !

     

    joyeux Noël à vous tous

    Bises

    10
    Lundi 23 Décembre 2013 à 10:03

    Les cœurs y puisent bien sûr et non les cours !!!!

    11
    Lundi 23 Décembre 2013 à 15:33
    Santounette

    C'est un bien joli conte, j'aime beaucoup.
    Chez moi pas de si jolis oiseaux, seulement des tourterelles qui viennent se poser sur la terrasse.
    Je ne peux pas attirer les oiseaux, j'ai 3 chats dans la maison. 
    J'ai toujours une pensée émue pour les personnes qui souffrent.
    Joyeux Noël
    Bises affectueuses

    12
    Lundi 23 Décembre 2013 à 19:52
    DDD59

    Bonjour Azalaïs!!!

    Je passe par ton blog, pour te dire que j'ai bien reçu ton envoi ce matin et je t'en remercie infiniment.

    J'aurais aimé te laisser un petit message en privé, puis-je te demander de laisser un commentaire sur mon blog afin que l'adresse s'affiche dans mon administration.

    Je découvre un bien joli blog .

    Je te souhaite de chaleureuses fêtes de fin d'année.

    Amicalement.

    Domi.

     

    13
    Lundi 23 Décembre 2013 à 21:42

    Bonsoir Aza, je viens enfin d'avoir le temps de déguster tes deux contes. ils sont plein de beauté, de douceur et d'humanité, comme cela fait du bien par les temps qui courent.... J'ai un petit faible pour les illustrations de Sandra (et particulièrement pour celle de la page 30)... Pour Matthis, une tendresse pour son œuvre de la page 47...

    Je me retrouve très bien dans ta comptine qui termine par une caresse affectueuse "Poussière d'étoiles"...

    La musique de Saskia chante agréablement à mon oreille...

    Merci pour ces belles pages !

    14
    Mardi 24 Décembre 2013 à 00:06

    Un bien joli conte plein d'humanité, merci!

    15
    Mardi 24 Décembre 2013 à 03:52

    UN conte que je trouve magnifique. Merci de l'avoir traduit et adapté pour nous.

    J'ai bien reçu ton livre... il fera des heureux, j'en suis certaine.

    J'ai adoré tes deux contes... j'ai hâte de voir ce qu'en diront celles à qui je vais les offrir.

    Merci encore... Bisous et bon Noël à vous.

    16
    Mardi 24 Décembre 2013 à 09:07

    merci à toutes et à tous

    et encore une fois Joyeux Noël

    17
    Mercredi 1er Janvier 2014 à 01:59

    Très belle année, Azalaïs.

    Je souhaite de tout coeur qu'elle t'apporte le meilleur.

    Bisous.

    18
    Mercredi 1er Janvier 2014 à 09:24

    bonjour, mon Aza
    j'espère que tu passes de bonnes fêtes en famille
    je te présente mes vœux  de bonheur
    pour toi et les tiens
    en ce premier jour de la nouvelle année
    à bientôt
    gros bisous d'amitié
    jean-marie

    19
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 11:11

    merci à vous deux Quichottine et Jean-Marie, je vous souhaite à vous aussi une très bonne année

    j'ai été  un peu occupée ces derniers temps et maintenant c'est le contre coup des départs qui me rend cafardeuse mais il va bien falloir que je me secoue

    bises

    20
    Vendredi 6 Février 2015 à 09:01
    Claudine/canelle

    Bonjour Azalaïs 

    Tu aurais pu en ce debut d'année hivernal nous offrir un nouveau conte aussi joli que celui là ..

    Alors  dis quand reviendras tu ?????

    Tu la connais la chanson ...Sourires !!!

    Gros bisous

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :