• Une petite blague que l'on vient de me raconter, je la partage avec vous avant de repartir taquiner ma grelinette....

     

    Si Adam et Eve avaient été Chinois,

    nous serions encore au Paradis .....

     

     

     

     

    ... Parce qu'au lieu de manger la pomme,

    ils auraient mangé ..... le serpent!

     


    16 commentaires
  •  

     

    L'araignée

     

    Je viens de lire cette petite fable dans un recueil de poèmes de Serge Wellens et elle me paraît tellement riche malgré sa brièveté que je la partage avec vous qui venez encore me lire. Peut-être devrions-nous, même si nous n'y croyons pas , nous demander plus souvent quel genre de dieu nous attend de l'autre côté.

     

    L'araignée

    Quand l’araignée sut qu’elle allait mourir, l’hiver étant venu, elle invoqua le dieu des araignées.

    « Seigneur, dit-elle, je vais paraître devant toi. Or, ce qui m’attend ne m’inquiète guère. Je t’ai toujours servi avec humilité. Tes ennemis furent les miens. Que les mouches broyées en ton honneur me soient comptées… »

    Et l’araignée mourut. Elle vit Dieu. C’était une mouche.

     

    Serge Wellens dans  « Les mots sont des chiens d’aveugle »

     


    20 commentaires
  • Je viens de terminer le dernier livre d’Alain Deloche : "La glace à la vanille"

    C’est un livre qui m’a émue aux larmes mais qui m’a aussi beaucoup appris sur le plan géopolitique. J’ai même découvert des pays dont j’ignorais l’existence comme le Kawthoolei ou la Kalmoukie.

    Alain Deloche c’est tout d’abord un homme du cœur. Le Pr Alain Deloche a en effet déjà opéré plus de vingt mille cœurs malades, défaillants, battant la chamade, blessés, nécrosés, voire tout juste arrêtés. Mais ce chirurgien parisien est aussi un homme de cœur puisque parallèlement à sa carrière hospitalo-universitaire, Alain Deloche a été cofondateur de Médecins sans Frontières et de Médecins du monde. À partir de 1988, il dirige au sein de Médecin du Monde, La Chaîne de l'Espoir qui devient en 1994, une association indépendante avec laquelle il réalise l’Institut du Cœur de Maputo au Mozambique en juillet 2001, le Centre cardio-vasculaire de Phonm Penh en novembre 2001 et l’Institut médical français pour l’Enfant en Afghanistan en 2005.

    Depuis 1988, La Chaîne de l’espoir vise à opérer sur place ou à transférer en France les enfants malades des pays les plus pauvres et a réparé le cœur de près de    9 000 enfants.

    Dans « La glace à la vanille », Alain Deloche raconte ses interventions auprès d’une vingtaine d’enfants un peu partout dans le monde. Vous y lirez l’histoire de Sokphan, un petit Cambodgien qui reçoit une flèche en plein cœur alors qu’il chassait les rats sur une colline de détritus. Celle Elena oubliée dans un de ces orphelinats mouroirs érigés par le gouvernement de Ceausescu en 1980. Il y a aussi Karim du Burkina Faso qui tombe dans le feu au cours d’une fête et puis Fuoc qui a vécu l’enfer des « boat people » et puis Mansourah de Kaboul sauvée grâce à l’avion présidentiel de la dernière chance et puis Aminata qui sortant de son silence demande si elle pourra remanger de la glace à la vanille et puis bien d’autres encore.

    Chacun de ces sauvetages est dû toujours à un extraordinaire concours de circonstances, une convergence de véritables petits miracles

    « Ces histoires,  dit Alain Deloche et quelques autres, m’ont appris qu’en médecine comme dans l’existence, il ne faut jamais renoncer, ne jamais perdre espoir. Il faut sans cesse croire qu’une bonne étoile nous protège. »

    Acheter ce livre, c’est aider La Chaîne de l’Espoir puisque tous les bénéfices des ventes seront reversés à l’association. 

    La Chaîne de l’espoir ce sont aussi des familles d’accueil qui reçoivent en France de façon tout à fait bénévole tous ces enfants qui ne peuvent pas être opérés sur place. Elles les accompagnent pendant le temps qu’il faut, avant, pendant et après l’opération. Grâce à elles, l’enfant est ainsi entouré d’affection et de sécurité pour affronter cette terrible épreuve.

    Près de chez moi  Anne-Marie et Alain accueillent en ce moment Alex qui vient du Cap-Vert pour se faire opérer à Toulouse de deux pieds-bots.

     

    La glace à la vanille  

    Bien sûr tout le monde ne peut pas s’investir dans un tel engagement mais vous pouvez participer chacun à votre manière.

    Parrainer un enfant ne coûte (avec les déductions fiscales) que 7 euros 50 par mois. Vous agirez ainsi d’une façon concrète pour lui donner toutes les chances de se construire une vie meilleure. Grâce à vous, cet enfant bénéficiera  d’une prise en charge (uniformes, fournitures scolaires, suivi médical, repas…) qui lui permettra d’aller à l’école. Je parraine une petite fille du Togo.

    Vous pouvez aussi faire un don, organiser une manifestation sportive ou culturelle au profit de la Chaîne. Au mois d’avril notre randonnée pédestre « Bouger pour les enfants » nous a permis  de fournir les uniformes (obligatoires pour être scolarisé) à 110 enfants Népalais.

    Chaque petit geste compte et quand on l’a fait on se sent bien mieux qu’en ronchonnant après son sort, en pleurnichant sur les valeurs du passé "tout fout le camp ma pauv’ dame ! " en tenant des propos populistes ou en incitant à la haine raciale . Toutes les sociétés sont appelées à disparaître, n'en déplaise à nos egos surdimensionnés, mais il y a une chose qui ne disparaîtra jamais c’est le souvenir de ce qui nous a rendus humains, capables d’amour et de compassion, capables d’élan vers notre prochain.

     


    16 commentaires
  •  

    Dimanche 6 avril 2014, La Chaîne de l’Espoir organise la 2e édition de son événement de mobilisation nationale Bouger pour des enfants – Mon défi sportif pour La Chaîne de l’Espoir. Toute la journée et partout en France se dérouleront de nombreux défis placés sous le signe de l’engagement physique au profit des actions de l’association.

    Il s’agira par exemple d’une course, d’une randonnée, de sauts à la corde, d’un cours de zumba géant, d’un challenge de foot ou de pétanque. Alors renseignez-vous, il y a peut-être près de chez vous une ville, un village qui organise quelque chose qui pourrait vous séduire, sinon pourquoi ne pas organiser vous-même un évènement sportif, un défi, il est encore temps.

    Créée en 1994, par le Professeur Alain Deloche, La Chaîne de l'Espoir intervient dans plus de 30 pays pour offrir un accès aux soins et à l'éducation aux enfants les plus démunis.

    Véritable réseau d’excellence et d’expertise médico-chirurgicale, La Chaîne de l'Espoir opère et soigne, chaque année, des milliers d'enfants.

    La Chaîne de l’Espoir intervient également dans le domaine de l’éducation avec des programmes de parrainage scolaire et d’aide à la scolarisation.

    Grâce à cette action, 25 000 enfants ont déjà pu retrouver le chemin de l’école.

    Je parraine une petite fille du Togo et nous avons organisé trois manifestations dans le village avec le concours de trois associations. Alors pourquoi pas vous ?

    Pour ma part, je préfère de beaucoup vivre d'espoir et de partage plutôt que de propager la peur de l'autre et le repli sur soi qui ne font hélas rien d'autre que le nid des dictatures!

     

     


    13 commentaires
  • En réponse à Gazou qui s'interroge sur son identité.

    Une citation chez elle ce matin m'a interpelée:

     

    " Je suis devenu quelqu'un d'autre, quelqu'un pour qui je n'étais pas fait.

    Comme si je portais un déguisement et c'est à peine si je me reconnais."

                                 Daniel Keene (auteur de théâtre australien)

     

    J'ai retrouvé cet autoportrait que j'avais écrit il y a quelques temps et j'ai le sentiment qu'il ne me correspond plus trop. Je ne sais pas comment s'est opérée cette lente transformation mais pourtant, je suis certaine que  quelque chose a changé.

     

    Qui s'y frotte s'y pique

     

    "Si j’étais un fruit, je serais la châtaigne, plusieurs peaux à ôter avant d’en connaître la pulpe. La première piquante, méfiante, protectrice, tous les sens en alerte, toujours prête à se battre, à répondre, à remettre à sa place l’intrus qui chercherait à briser ma carapace, à mettre en danger ma chère indépendance, à me tirer de mon silence.

    La deuxième, plus lisse, plus souple, plus brillante. Une écorce glacée qui aimerait paraître douce et tendre, veloutée, parée comme un soleil, chaleureuse, riante. Mais de grâce, ne vous y risquez pas ! Si vous croquez dedans vous risquez fort de vous briser les dents !

    Quant à la chair me direz-vous ? Comment donc est la chair ? Pulpeuse, moelleuse, fondante, juteuse, sucrée, acidulée peut-être ? Rien de tout cela hélas ! Pour en savoir le goût, la texture en bouche, il vous faudra me cuire ! Dure à cuire alors ? Oui, cela me convient bien. Dure à cuire, endurante, tenace, préférant de loin les actes à la parlotte, difficile à cerner, à berner, beaucoup trop clairvoyante, me protégeant jusqu’à m’en faire mal.

    Des réflexes, des modes de pensées qui me viennent de loin, d’une enfance pendant laquelle j’ai appris à me taire, à me fondre dans le décor, mais à entendre aussi et à découvrir seule le sens caché des choses, l’envers du décor, la vérité dans le mensonge. Ne pas bouger, ne pas parler, être invisible, inodore, incolore, sans saveur, telles étaient les règles.

    Longtemps j’ai attendu que quelqu’un me délivre , puis je me suis faite châtaigne et dans ce monde clos, bien cachée tout en rond j’ai empilé mes rêves en espérant l’automne."

     

    Qui s'y frotte s'y pique

     

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique