• Juillet

     

     

    Juillet s’était perché  sur le bord d’un grand pré. Il faisait comme une île, embrassé de la chaude saveur des bleus genévriers. En son centre dressé, un chêne offrait ses  branches. La rivière bruissait, répondant quelque part au feuillage des frênes agités de vents doux.

    Il y avait partout comme un abattement tranquille alors que tout vibrait, foisonnait, débordait, fleurissait, se répandait par vagues traversées de lumières.

    Plus haut je percevais dans le jaune d’un champ, les lignes apaisantes des longs andains de foins que l’on vient de faucher. Plus haut encore, dans le roulis bleuté d’un gros nuage sombre, je vis courir des ombres à la tête des blés.

    Et puis j’ai entendu l’oiseau, dans l’arbre aux mille branches. Son chant cabriolant s’amusait à me perdre dans ce réseau dansant et j’ai senti soudain pousser en moi des herbes folles, des herbes qui ployaient au cœur des quatre vents. C’était comme un soleil qui battait à mes tempes, un désir de douceur, de calme, de bonté, mille mains de l’azur pour un nouveau voyage, une paisible traversée.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    gazou2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 10:27

    oh! comme cela doit être agréable des moments comme ça ! Merci pour le partage

    2
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mardi 2 Juillet 2013 à 10:40

    C'est très agréable en effet, parfois quand je randonne, j'ai des mots qui me viennent, je les note si j'ai quelque chose pour noter, mon mari prend vite la photo et j'essaie en rentrant de retrouver l'instant mais ce n'est pas toujours facile

    bises

    3
    midolu Profil de midolu
    Mardi 2 Juillet 2013 à 17:25

    Comme tes mots disent bien les sensations, les ressentis !

    Ces contrastes entre calme et foisonnement, " abattement " et vibrance, je les perçois aussi, là, au travers des mots et du rythme, comme lors d'une balade sous le soleil  ...

    Merci Azalaïs.

    4
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mardi 2 Juillet 2013 à 20:06

    c'est étrange c'est vrai comme cela résonne aussi en nous, cette envie de participer à la fête et en même temps le besoin de ne plus bouger et de contempler

    Merci de ta visite midolu

    5
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 10:29

    Le bonheur d'une plume vagabonde, se laissant bercer par le vent léger de l'été !

    Comme elle est belle cette plume carressant les andains de foin, au chant de l'oiseau !

     

    6
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 10:37

    coucou Annick, alors te revoilà

    bises et à bientôt

    7
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 13:27

    bonjour, mon Aza,
    un délice !
    la nature se confond avec la personne qui la comtemple, l'admire, l'aime et la comprend
    comme un poète et son oeuvre qui ne font plus qu'un
    bon après-midi
    gros bisous d'amitié
    jean-marie

     

    8
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 16:04

    merci merci jean-marie

    je t'embrasse

    9
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 21:50

    récit de voyage ...

    un chant d'oiseau cabriole

    dans les herbes folles

     

    * kigo d'été : herbes folles .

    J'aime beaucoup ' cabriole' pour parler du chant d'oiseau : ce mot laisse deviner des pirouettes , tête à l'endroit, tête à l'envers .Il entraîne les mouvements de sa tête . L'oiseau : on n'ignore lequel . Herbes folles: ce kigo implique l'été avec ce brin de folie .Tout çà avec tes mots, dommage que l'idée me soit échappée pour l'écrire à moi- même ( sourire )

    Je suis certaine de pouvoir en écrire encore, rien qu'en te lisant

    Bisous

     

     

    10
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 22:29

    le haïku est un art tellement difficile, tellement codifié, il faut une telle précision, une telle concision, il faut être une spécialiste comme toi pour oser s'y frotter avec bonheur

    bonne soirée Liliane

    11
    Vendredi 5 Juillet 2013 à 22:55

    J'aime ce que tu écris Azalaïs, au-delà des mots , je sent ton esprit qui sait laisser de la place à la beauté d'un regard, d'un instant présent, si court et qui pourtant nous apporte tant quand nous le laissons pénétrer en nous...

    Depuis plusieurs années je me rends tous les jours à mon travail à pieds à travers champ et bois par temps de pluie, de vent, de neige ou sous le soleil, 6km et 200m de dénivelé journalier, de lâcher prise, mon sport quotidien... Des moments comme tu les racontes avec tant de poésie, je les vis aussi...voilà pourquoi cela me touche...Azalaïs

    Amicalement Pascal

    *Une vue pour toi "Un matin" sur "Parler en silence"

    12
    Vendredi 1er Novembre 2013 à 11:30

    un très joli moment suspendu !

    précieux !
    bises Azalaïs

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :