• Coup de foudre

    Soir d'orage

     Image de Didier Protin, l'internaute

     

    -      Et voilà ! J’te l’avais bien dit qu’il allait y avoir de l’orage. Maintenant, tout va tomber à l’eau. Dans cinq minutes il tombe des cordes et pas qu’un peu ! Tiens, regarde : un éclair … deux éclairs !! Faut pas rester sous l’arbre, ça craint ! Vite, ça va péter j’te dis, ça va péter ! Ah ! J’te retiens toi avec tes idées lumineuses ! T’avais dit : « Sous le grand chêne, la terre est facile à creuser » et pis v’là qu’t’as oublié la bêche !

    -      T’inquiète, j’ai gardé l’ tisonnier!

    -      Le tisonnier? Non mais, tu te foutrais pas de moi des fois ? Y m’l’avait bien dit l’Raoul : «  Fais gaffe, l’gars Lampion, l’a pas la lumière à tous les étages, et des fois, ça court-circuite ! » Et maintenant, le bouquet final ! V’là qu’ça pétarfice du tonnerre de Zeus ! Et si on le balançait dans l’arbre en lui mettant le tisonnier dans le futal ? Autant qu’y resserve après tout cet outil là! La ferraille paraît qu’ça attire les foudres. Et là, ni vu ni connu j’t’embrouille ! Le Marcel, y se fait dézinguer en moins de deux et on le retrouve éparpillé façon caramels mous aux quatre coins du bois ! Même les experts, y z’y verront qu’du feu ! Allez, fais-moi la courte échelle. Je le charge sur les épaules et je le branche. Vite, vite, v’là l’artillerie qui s’radine ! Ça va chauffer j’te dis ! Ça y est, il est en place ! L’est-y pas beau l’Marcel là-haut dans son arbre perché ? Lui qui rêvait de se mettre au vert, le vlà servi. Mais qu’est-ce que t’as bricolé ? Non mais je rêve, t’as encore disjoncté ou quoi ? Tu lui as pas mis le tisonnier dans le grimpant ?

    -      … …

    -      Waouhh ! Ben dis donc ça déménage ! C’était quoi c’te mitraille ? Ça m’a fichu un d’ ces chaud aux fesses ! Je boirais bien une bonne chope de mort subite moi, histoire de me r’donner un p’tit coup d’jus dans les fourchettes ! Bon, faut y aller là ! Faut pas s’éterniser ! Oh ! Mais dis donc ! T’en fait une drôle de tronche ! On dirait un gâteau à la broche qu’aurait mal tourné ! Et puis c’est quoi, c’t’ endroit ? On nage en plein brouillard ! C’est glauque ! Mais qu’est-ce que t’as encore fourgonné ? Et l’Marcel ? Qu’est-ce qu’y fait là ? Dis donc, l’a l’air drôlement fulmicoton ! A moins que Non, non, mais nonVous m’ faites marcher les gars ! Non, non, dites- moi que j’ rêve ! Non, mais, c’est pas possible ça ! J’ sais pas si vous êtes au courant mais moi, j’ai mis une blanquette à mijoter sur l’coin du fourneau ! On peut pas rester là ! Faut trouver un moyen de s’éjecter vite fait ! Bon Lampion, toi qu’ as toujours des idées d’enfer, t’as rien en magasin ?

    -      T’inquiètes, j’ai gardé l’tisonnier!

     

    Pour Les impromptus

     

     Texte écrit en atelier avec deux mots à choisir parmi une dizaine. J'avais choisi,

    voilà et coup de foudre


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 15 Mai 2013 à 09:50

    Sérieux coup de foudre sous le chapeau

    Bravo pour la scène on s'y croirait

    2
    FFelix1
    Mercredi 15 Mai 2013 à 10:19

    tu connais Didier Protin

    il n'a pas travaillé dans l industrie pharmaceutique ???

    ce serait drole !

    tu me tiens au courant ...

    3
    Mercredi 15 Mai 2013 à 11:46

    Je ris...

    L'image est splendide et tu as le don pour les dialogues savoureux. :)

    Merci.

    4
    Mercredi 15 Mai 2013 à 16:11

    bonjour mon Aza
    excellent !
    les personnages, les mots...
    tu n'avais pas choisila facilité
    et l'image bien sûr !

    je ne comprends pas dans le cadrage de ta page
    il  est impossible d'atteindre les commentaires il faut aller dans la colonne de gauche et cliquer sur le plus récent...
     bonne fin d'après-midi
    gros bisous d'amitié
    jean-marie

    5
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mercredi 15 Mai 2013 à 16:45

    merci de ta visite

    je ne comprends pas ce que tu veux dire Jean-Marie, tu veux dire que on ne peut pas arriver à ajouter un commentaire?

    6
    Mercredi 15 Mai 2013 à 17:03

    coucou, c'est encore moi !
    oui, tout à l'heure, il h'y avait que le dernier article affiché sur tout l'écran et on ne pouvait pas atteindre "Ajouter un commentaire"...
    là, maintenant,  tout a l'air d'être redevenu normal
    excuse-moi
    bisous
    jean-marie

    7
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mercredi 15 Mai 2013 à 17:09

    merci Quichottine, j'avoue que je me suis bien amusée à m'aventurer en terrain absurde d'autant que dans cet atelier là, les gens sont un peu coincés

    bises

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mercredi 15 Mai 2013 à 17:15

    je ne connais pas vraiment Didier Protin, juste ses photos et grâce à toi je découvre que Protin est aussi une marque de produits de parapharmacie. Il faut dire qu'en matière de tonus mon truc c'est juste de retourner le jardin à la bêche et de manger mes légumes bio!

    merci de ta visite

    9
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Mercredi 15 Mai 2013 à 17:19

    j'aurais peut-être dû participer au thème du cluedo proposé par les impromptus Annick, une vraie énigme policière: l'arme du crime: un tisonnier, un cadavre dans un arbre et deux au pied de l'arbre, comment le premier a-t-il pu grimper alors qu'il était mort, et où a-t-il reçu le coup de tisonnier?

    bises Annick

    10
    Jeudi 16 Mai 2013 à 09:33

    C'est exactement ce que j'ai pensé en te lisant, il est encore temps, la semaine n'est pas fini, tu peux envoyer ton texte, je suis certaine qu'il sera le bienvenu....

    11
    Jeudi 16 Mai 2013 à 15:39

    bonjour, mon Aza
    c'est toujours moi
    tu  sais, l'expérience "abonnement" est parfaitement inutile...
    elle ne sert qu'à dire que tu mets un com' chez X ou Y...
    pas génial du tout leur truc !
    je me suis désabonné, c'est facile :
    si tu veux, tu vas sur ton blog, dans "Mon compte - Abonnements "
    et tu cliques sur le nom du blog à désabonner
    (j'ai fait l'expérience et ça fonctionne)
    Bonne journée 
    à bientôt
    gros bisous
    jean-marie

     

    12
    Jeudi 16 Mai 2013 à 21:58

    Je suis vraiment contente que tu aies fait le pas, tu as eu raison et je suis certaine que d'autres textes suivront... C'est toi aussi qui un jour m'avais ouvert le chemin des Impromptus, j'ai beaucoup appris chez eux. Merci

    13
    Vendredi 17 Mai 2013 à 17:51

    bien que tu sois venue aux Impromptus

    en puce ce chemin tu l'as ouvert à plusieurs, dirait :)

     

    ça pas l'air simple chez ekla

    mais bon on verra...

    le mien de blog là-bas,

    l'est encore tout frais et tout vierge

    bisous

     

     

    14
    Azalaïs Profil de Azalaïs
    Vendredi 17 Mai 2013 à 19:24

    merci de ta visite, j'ai encore un blog sur over-blog que j'ai abandonné pour des raisons familiale mais là, j'avais envie de renouveau, je ne sais pas jusqu'où j'irai, nous verrons bien.

    merci de ta visite

    15
    Samedi 18 Mai 2013 à 20:37

    Bonsoir Azalaïs

    L'image est commune à celle de nos campagnes environnantes , et j'aime beaucoup ce que tu as pu écrire sur celle-ci .Ta plume reste admirable , ton humour comme dans ton dernier livre sait envelopper le lecteur pour qu'il poursuive sa lecture .Bisous

    16
    mpolly
    Dimanche 26 Mai 2013 à 10:49

    Savoureux!

    Un grand éclat de rire! Quel dialogue, et ce tisonnier surréaliste... un bonheur.

    J'ai lu un peu vite, entre mes pinceaux (euh! pas artiste du tout) et le plat qui mijote, non ce n'est pas une blanquette, ni du caramel, ni un morceau d'humain à la broche...

    ...

     

    je m'en reviendrai encore savourer l'Marcel, tout perché qu'il est, j'en attraperai bien un éparpillement.

    17
    mpolly
    Dimanche 26 Mai 2013 à 20:52

    Je reviens, tranquillement.

    J'ai relu ton magnifique texte sur la marche au son de la musique comme tu l'avais demandé. Oui, le rythme est là, et tes mots foudroient.

    Et j'ai revisité l'Marcel, le Raoul et le lampion qu'a pas la lumière à tous les étages. On sent, Aza, combien tu es attentive aux mots, tu les contorsionne pour notre plus grand plaisir.

     

    N'empêche que ta marche, là-haut, me fait frisonner toute.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :