• Amours de printemps

    Vous l’avez tous remarqué, c’est le printemps et qui dit printemps dit jardinage !

    Je vais donc devoir laisser quelques temps le blog en friche.

    Je publie à nouveau cette petite histoire printanière inspirée par une tapisserie de

    Dom Robert que j'affectionne tout particulièrement. Tous les ans l'Abbaye-école de

    Sorèze dans le Tarn organise une nouvelle exposition que je ne rate jamais.


     Mille fleurs sauvages

     

    Poule poulette, un beau matin de mai, s’en alla dans le clos pour picorer seulette l’herbette nouvelette. La sauge était violette, le pissenlit tout réjoui et la mousse coiffée de gentilles capuches qui la faisait sembler à de petites nones courant à vêpres! De ci de là, notre gourmette se mit à faire la cueillette de petits brins de ciboulette pour en garnir son omelette.

    Quand arriva un gros dindon, piétinant tout sur son passage. L’avait la crête rouge et le derrière empanaché d’une sorte d’ombrelle qui semblait l’encombrer. Se croyant tout seulet, il se mit à chanter des airs sans queue ni tête qui firent s’escamper les papillons du pré. Il s’appelait Carlos. C’était un rouge des Ardennes, un dindon vigoureux, rustique mais fougueux ! Et il bombait le torse, et il pirouettait tout en tapant du pied, agitant comme un fol sa caroncule bleue. Une abeille en passant murmura : « Qu’il est laid ! » Il entendit : « Olé ! »

    Bientôt, toute la basse-cour se trouva dans le champ pour s’esbaudir en chœur des accents langoureux de cette danse étrange venue, caquetait-on d’Amérique du Sud ! Certains osèrent même de petits cris joyeux pour jouir avec lui de sa pavane altière ! Il y eut des  « Rououcou »  et des  «  Kirikiki »  et des «  Ticot » par ci et des « Ticot » par là. Une caille lança un « Palpabat » effarouché et l’alouette grisolla un « Tiralirou » plein de charme ! Le chardonneret, du haut de son cyprès siffla : « Tirlit  tchiou  tchiou » et le verdier lui répondit : « Oh oui ! Oh oui » !

    Tout ce petit monde se mit à claquer du bec et à battre des ailes, lorsque soudain,  parut la divine Bianca, une dinde du Gers, élégante et rebelle. Tout le monde se tut, même les sauterelles ! On murmurait partout qu’elle s’était entichée d’un dindon de Sologne, un aristo bobo qui  jouait des ergots en déclamant des vers. Carlos lui, sombre hidalgo aux yeux brûlants de fièvre, ne savait que danser ou psalmodier de sa voix grave et douce de ténébreuses mélopées.

    La nuit était tombée, allumant des lucioles au pied des ancolies. Comme un point suspendu au-dessus du grand chêne, la lune se leva. Alors, telle une marionnette menée par une étoile, Bianca la belle s’avança vers Carlos, la tête haute, le regard fier, cambrée comme une reine,  l’obligeant pas après pas à entrer dans sa danse. Toute la nuit ils s’affrontèrent dans une sorte de corps à corps tumultueux et tourmenté où chacun reprenait dans l’instant ce qu’il venait d’offrir.

    Au matin, sur les herbes ardemment piétinées, on ne trouva que quelques plumes pour témoigner de cette folle histoire où une dinde et un dindon dansèrent le tango pour  découvrir enfin qu’ils s’aimaient d’amour tendre.

     

     

    Le Tableau du Samedi


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Mars 2014 à 08:27

    Les êtres humains ressembleraient-ils à ces gallinacés?

    Ton histoire, bien racontée, m'a fait sourire et la tapisserie de Dom Robert a une belle harmonie de couleurs

    J'ai bien aimé la vidéo aussi

    Bonne journée Aza et bon jardinage

    2
    Samedi 22 Mars 2014 à 08:38
    Une belle histoire et bon courage pour ton jardin
    3
    Samedi 22 Mars 2014 à 08:51

    Qu'y a-t-il de plus sensuel que le tango ? 

    4
    Samedi 22 Mars 2014 à 09:45

    Comme j'aime ta plume et ce conte, belle histoire d'amour au rythme alerte, imagé, c'est drôle. On essaye de personnifier ces deux là. Merci pour ce très beau partage.

    Martine de quai des rimes

    5
    Samedi 22 Mars 2014 à 11:44

    Un tableau qui m'avait plu infiniment...

    Le conte est bien joli. J'adore la gaieté de ta page.

    Courage pour le jardinage. J'espère que vous aurez beau temps.

    Bises et douce journée.

     

    6
    Samedi 22 Mars 2014 à 13:32

    La tapisserie de Dom Robert est magnifique, l'histoire qui va si bien avec est fort amusante, et j'ai adoré danser le tango quand j'étais plus jeune...

    Merci pour ce beau cadeau et bon jardinage.

     

    7
    Samedi 22 Mars 2014 à 15:22
    Jackie F

    Un article si printanier… Dom Robert et …superbe texte

    Merci

    Très bon week end 

    8
    Samedi 22 Mars 2014 à 15:51

    bonjour Aza
    une magnifique tapisserie
    le conte qui ne l'est pas moins
    et qui l'accompagne si bien !
    d'une telle vivacité et d'une telle élégance !
    et tout cela avec beaucoup d'humour...
    merci pour cette participation
    ...et bon jardinage !
    à bientôt !
    bon weekend à toi
    bises

     

    9
    Samedi 22 Mars 2014 à 19:20

    Une belle image, un joli conte, et Gotan Project...un bon moment passé chez toi yes

    Bon jardinage, Azalais cool

    10
    Joëlle C.
    Samedi 22 Mars 2014 à 20:23

    Un bien joli billet chez toi Aza, bon jardinage !... te bise !

    11
    Samedi 22 Mars 2014 à 21:37
    erato:

    J'aime beaucoup la tapisserie de Dom Robert.

    Ton conte est aussi coloré et vivant qu'elle.

    Je te souhaite un courageux jardinage , chez moi, c'est impossible, la terre est trop collante.

    Douce soirée, bon dimanche, bises Azalaïs

    12
    Dimanche 23 Mars 2014 à 15:33
    rouergat

    Bonsoir Azalaïs 


    Belle tapisserie dessinée par Dom Robert, j'ai eu l'occasion de visiter le musée des tapisseries à Aubusson dans la Creuse

    13
    Dimanche 23 Mars 2014 à 16:31
    mpolly

    J'adore toujours autant ce texte et aime à le relire, et sourire aussi, cet aristo bobo qui jouait des ergots, comme je l'imagine bien.

    :)

    Aujourd’hui, c'est neige et soleil mêlés, en giboulées de mars, alors pioche et bêche, grelinette et grattoir sont restés à dormir.

     

    Bisous.

    14
    Dimanche 23 Mars 2014 à 19:07

    je ne connaissais pas . Je l'ai découvert à l'occasion d'une exposition à la Galerie nationale de la tapisserie de Beauvais l'été dernier. C'est vraiment un peintre et un tapissier d'exception

    15
    Dimanche 23 Mars 2014 à 20:21

    j'ai découvert Dom Robert en visitant le musée de la tapisserie à Aubusson .. et tu penses bien que j'ai été émerveillée par cette communion avec la nature !

    superbe texte où tu fais de la musique avec les mots .. je crois que je vais le relire à voix haute !!

    merci !!

    bises et belle soirée

    16
    Dimanche 23 Mars 2014 à 22:38

    merci à tous et à toutes, j'admire énormément cet homme, sa vie, son oeuvre, son caractère aussi, entier, libre et cet amour de la nature et des choses simples, ces tapisseries sont fascinantes, foisonnantes, pleines de vie et de poésie

    17
    Lundi 24 Mars 2014 à 08:57
    Claudine/canelle

    Bien vu avec ce texte..

    C'est vrai que cette tapisserie est vraiment très belle 

    Merci à toi pour ce partage

    Bonne journée 

    18
    Lundi 24 Mars 2014 à 09:43

    Le jardin et tant d'autres choses, difficile de courir plusieurs lièvres à la fois....

    Je vais essayer de tenir un peu le rythme mais ce sera dur, donc comme toi, je crains fort de ne réussir à être présente qu'en pointillés....

    Bises et bon jardinage !

    19
    any
    Lundi 24 Mars 2014 à 11:17

    Bonjour toi qui vien de conter une petite histoire !


    Je suis revenue après avoir laissé un commentaire chez Quichottine = mon incondionnelle !


    J'ai aimé te lire !


    Je suis une brodeuse  , mais j'aime la peinture  , l'aquarelle   ! J'ai acheté  SONIA LA PETITE FOURMI  X peintures .


    Je m'inscris à ta new afin d'admirer de temps à autre une jolie interprétation !


    BONNE JOURNEE


    any

    20
    Mercredi 26 Mars 2014 à 15:17
    rouergat

    Bonjour Azalaïs  


    Je reviens te voir pour te dire que Trescola est un pays imaginaire, je connais la définition en occitan  «  le soleil qui disparaît à l’horizon » 


    Il existe un verbe Trescolar qui signifie : filtrer, transvaser, soutirer et même mourir


    mso-fareast-font-family:"Times New Roman";mso-ansi-language:FR;mso-fareast-language:
    FR;mso-bidi-language:AR-SA"> 

    21
    Mercredi 26 Mars 2014 à 15:40

    merci pour ces précisions Rouergat, il y a quelques années j'étais une occitaniste fervente, j'ai même eu 0 fautes à la dictée mais je n'ai plus le temps de me rendre 2 fois par semaine à Albi, je le regrette car en ce moment le centre occitan d'Albi effectue un gros travail de recherche sur les textes de Rochegude et cela m'aurait passionnée

     

    22
    Jeudi 27 Mars 2014 à 08:12

    il gèle ce matin !!!! je vais encore attendre un peu pour le jardin !

    je te comprends pour Dom Robert , j'en étais restée à Lurçat et découvrir ses oeuvres reste un excellent souvenir !

    23
    Vendredi 28 Mars 2014 à 12:51

    quel merveilleux article!!!tout m'y comble!!!!ces couleurs!!!ce tango!!!!!!ce texte!!!merci

    24
    Dimanche 30 Mars 2014 à 18:32

    Aza profite encore de ton jardin et de tous ces moments-là .Celui qui n'aime pas la terre pour y planter lui-même ses graines, ne connait pas le bonheur de tout ce qui l'entoure.Celui qui l'aime lui, et ne peut plus planter , sait de quoi l'on parle

    Gros bisous 

    25
    Lundi 13 Février à 16:38

    Bonsoir Azalaïs,

    Une échappée entre deux dessins. Et quel plaisir que de s'aérer la tête en découvrant ton joli conte. C'est adorable. Je reviendrai dès que possible pour en découvrir d'autres.

    Au fait, je n'ai pas pu avoir le livre illustré de poésie japonaise que tu m'avais conseillé. Il est épuisé mais surtout, apparemment ils n'ont pas l'intention de le rééditer. Tant pis.

    Allez, je retourne à mon dessin en cours

    Bises très ventilées et mouillées.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :